Arte ARTE Reportage

ARTE Reportage

ARTE Reportage

L’Europe, Inch’Allah !
« Le voyage de la mort vers la mort » : C’est ainsi que les réfugiés syriens surnomment la traversée de la Méditerranée pour fuir leur pays en guerre et tenter d’atteindre l’Union Européenne…
Ces derniers mois, les filières d’immigration clandestine ont changé d’échelle : ce n’est plus à bord de frêles esquifs mais entassés par centaines sur des cargos vétustes que les candidats à l’exil tentent le voyage. Il n’en est pas moins périlleux : entre 6 et 10 jours de mer dans des conditions de vie extrêmes : les réfugiés arriveront à destination « Inch’allah ! » (si Dieu le veut).
Un des principaux lieux de départ de ces traversées est le port turc de Mersin, proche de la frontière syrienne. Les passeurs n’ont qu’à tendre la main pour trouver des candidats au départ. 400.000 Syriens se sont réfugiés dans la ville, mais moins de 20% d’entre eux ont pu y trouver un travail pour survivre. Ceux qui peuvent se payer le voyage vers l’Europe sont issus de la classe moyenne. Ces familles syriennes vendent leurs derniers biens pour monter sur des bateaux fantômes, au péril de leur vie. Pris en charge par les trafiquants, ils vivent en reclus dans des hôtels tenus par la mafia turque en attendant le prochain départ…

Bébé sur mesure
Le 3 février dernier, le Parlement britannique votait en faveur d’une grande avancée dans la procréation médicalement assistée : le bébé à « 3 ADN ».
Une technique de pointe, délicate, complexe, permettant d’implanter des embryons dépourvus de maladies présentes dans les mitochondries des ovules de certaines femmes. Des maladies aboutissant parfois à la naissance d’enfants lourdement handicapés. Cette avancée, risquée, a provoqué la surprise générale dans le milieu médical.
Que signifie cette évolution ? Comment la procréation médicalement assistée tente aujourd’hui, dans certains pays comme l’Angleterre ou les Etats-Unis, d’apporter toujours plus de réponses aux demandes des parents ?
Le business du bébé à la carte représente 9 milliards d’euros par an. Des cliniques proposent à des personnes fertiles de sélectionner les embryons et d’implanter uniquement que ceux qui vous conviennent.
Choix du sexe, des yeux… Des sociétés proposent du sperme trié sur le volet, avec photo du donneur, mensurations, QI, et origine ethnique. Et bien sûr, sans maladie génétique.
Certains enfants aujourd’hui adultes sont le fruit d’une « banque de génies » et démontrent que l’ouverture au business de l’enfant sur mesure, du bébé à la carte, n’est plus un mythe.



Disponible en replay du 04/04/2015 au 11/04/2015 à 18:35

Chaine:

Programme: ARTE Reportage

Source: ARTE Reportage


Commentaires: