Arte ARTE Reportage

ARTE Reportage

ARTE Reportage

Centrafrique : des élections aux forceps
Après plusieurs reports, les élections présidentielle et législative devraient se tenir avant la fin 2015.
Au terme de la période « de transition » décidée par la communauté internationale, tout est mis en oeuvre pour tenir les délais. Mais rien n’est réellement prêt pour des élections libres et transparentes.
Malgré la présence de 10.000 casques bleus et de 900 soldats français de l’opération Sangaris, l’insécurité règne toujours en Centrafrique. A Bangui, les flambées de violence se succèdent entre milices anti-balakas et groupes d’auto-défense musulmans. En septembre dernier, on a décompté 77 morts et plus de 400 blessés en seulement cinq jours.
En province, la situation n’est guère meilleure. A Bambara, dans l’Est du pays, l’ex-Séléka dirigée par le général Ali Darass tient la ville. Un fleuve les sépare des positions tenues par les anti-balakas. Entre les deux, les casques bleus, dont la mission est de désarmer les uns et les autres. Mais les « soldats de la paix » s’en gardent bien…
A Bangui comme à Bambara, les populations fuient les violences, les camps de déplacés sont légion. Tous souhaitent des élections au plus vite, même si personne ne sait quels sont les candidats : les listes électorales sont encore en cours d’élaboration. Si élections il y a d’ici la fin de l’année, elles se feront aux forceps….

Centrafrique: un dessinateur au cœur du chaos
Didier Kassaï est un jeune illustrateur de BD qui vit et travaille à Bangui. Dans ses albums, il dépeint la vie quotidienne des Centrafricains, victimes depuis des années d’un conflit sanglant, pour l’instant sans issue.
En résidence artistique en France, nous l’avons rencontré alors qu’il prépare la suite de son dernier album « Terreur à Bangui ». Témoignage d’un artiste sur un pays dévasté.
ARTE Reportage a déjà collaboré avec Didier Kassaï. Dans le cadre de notre série « Réfugiés », Didier avait passé plusieurs jours dans le camp de réfugiés de Burj El Barajneh, au Liban. Il en avait rapporté cette BD.

Kawergosk, deux ans après
En décembre 2013, une équipe d’ARTE Reportage partait pour le Kurdistan irakien, dans le camp de réfugiés syriens de Kawergosk.
Parmi elle, un groupe d’artistes : le cinéaste Pierre Schoeller, l’écrivain Laurent Gaudé, le dessinateur Reinhard Kleist et le photographe Reza. Chacun devait livrer le récit de son séjour pour nourrir le second épisode de notre série documentaire « Réfugiés ».
Pendant son séjour, Reza a monté un atelier d’initiation à la photographie avec dix-neuf enfants réfugiés, âgés de 10 et 15 ans. Depuis, le Franco-Iranien a poursuivi le travail engagé en se rendant régulièrement sur place et en accompagnant à distance ses jeunes stagiaires.
Durant deux ans, le lien n’a jamais été rompu. Mi-octobre 2015, ARTE Reportage a retrouvé Ali, Amama, Amer, Amina, Deliar, Maryam, Nalin, Nawras, Solav et Solin, en compagnie de Reza, pour mesurer le chemin accompli.



Disponible en replay du 14/11/2015 au 21/11/2015 à 18:35

Chaine:

Programme: ARTE Reportage

Source: ARTE Reportage


Commentaires: