TMC 90' Enquêtes - Trafics d'animaux : les filières de la honte

90' Enquêtes - Trafics d'animaux : les filières de la honte

90' Enquêtes - Trafics d'animaux : les filières de la honte

Depuis le 28 janvier 2015, nos animaux domestiques sont reconnus par la loi française comme des "êtres vivants doués de sensibilité". Nos caniches, labradors et bouledogues ne sont donc plus considérés comme des meubles, ni définis par leur valeur marchande, par le Code civil. Pour les défenseurs des animaux, ce changement de statut est un tournant historique. Mais les soixante millions d'animaux de compagnie qui partagent nos foyers en sont-ils mieux protégés ? Pour le savoir, nous nous sommes intéressés à un aspect méconnu, et souvent sous-estimé, du monde animalier : le trafic d'animaux. On estime qu'environ 100 000 chiens seraient introduits chaque année sur notre territoire. Animaux maltraités et malades, faux papiers, âges véritables maquillés, vétérinaires complices, vaccins périmés, certaines associations n'hésitent pas à parler de " Dog Connection " tant les pratiques s'apparentes à celles utilisées par la mafia. Pendant plusieurs semaines, nous nous sommes immergés dans ces réseaux de la honte. Nous avons enquêté sur ces hommes et de ces femmes impliqués dans ces trafics: ceux qui en vivent, ceux qui les combattent, et ceux qui en sont victimes. Une plongée parfois terrifiante, tant l'ampleur du marché illégal d'animaux est grande, et tragiques ses conséquences pour les bêtes qui en sont victimes. Mais comment ne pas éveiller les convoitises de trafiquants peu scrupuleux quand on sait que chaque année, les Français acquièrent plus de 600.000 chiens, et plus encore de chats ? Des demandes auxquelles ne peuvent répondre complètement les éleveurs nationaux. Le trafic d'animaux serait  aujourd'hui le troisième trafic au monde, après ceux des armes et de la drogue.



Disponible en replay du 02/06/2015 au 09/06/2015 à 21:55

Chaine:

Programme: 90' Enquêtes

Source: 90' Enquêtes - Trafics d'animaux : les filières de la honte


Commentaires: